Aiguillon au Moyen Age - Site officiel de la Ville d'Aiguillon, 47190, CC du Confluent, Pays de la Vallée du Lot, Lot et Garonne, Aquitaine, France, Europe

Ville d'Aiguillon, CC du Confluent, Pays de la Vall�e du Lot, Lot et Garonne, Aquitaine, France, Europe

Accèder au contenu

Europe > France > Aquitaine > Lot et Garonne > Communauté des communes du Confluent > Aiguillon

Recherche Avancée

Agenda

Aucun évènement.

Vous êtes ici :  Accueil / La commune / Un peu d’histoire / Aiguillon au Moyen Age
  • pdf

 

Aiguillon au Moyen Age

 

 

Au Moyen Age, l'église dite Saint-Félix de Roscasa, possession de

l'abbaye Saint Sever, semble avoir constitué l'église paroissiale

matrice, avant son transfert intra-muros à une date indéterminée ;

la réoccupation du site date du 10ème ou du 11ème siècle.

 

Au début du 14ème siècle, deux castra voisins sont attestés,

celui de Lunac mentionné dès 1259 et celui du Fossat en 1271,

ayant chacun un bourg subordonné et une juridiction propre.

En 1280, les co-seigneurs de Lunac concluent un contrat de

paréage avec le duc d' Aquitaine afin d' établir une bastide ;

la communauté reçoit ses coutumes en 1296.

 

Château du Fossat au XVIIe siècle
Château du Fossat au XVIIe siècle

La ville est unifiée sous la prédominance des seigneurs de  Fossat, dans une

enceinte de 250 x 160 mètres avant 1346, date de l'échec du siège de

la ville par le duc de Normandie. Aiguillon devint en effet une importante

place forte Anglaise au temps de la guerre de Cent Ans, elle repoussa les

assauts des troupes royales françaises commandées par Jean, duc de

Normandie, fils du roi de France Philippe V au cours d'un siège qui dura six mois.


Seul le renfort de Bertrand du Guesclin permit d'en venir à bout grâce à une

terrible bataille (1350) au cours de laquelle les canons furent utilisés pour une 

des premières fois en France.

 

 

A la fin de la guerre de Cent ans, Aiguillon est la possession des seigneurs de

Montpezat. L'habitat est étendu à l'extérieur de la ville fortifiée par deux

faubourgs, l'un au sud à vocation agricole dit de Meneau, peuplé de laboureurs et

de vignerons, l'autre au nord dit du Lot, tourné vers la rivière et peuplé de

bateliers.